vendredi 20 juillet 2012

Les expressions d'origine culinaires 2



Découvrons le deuxième volet de la série des expressions françaises d'origine culinaires !! 


On ne fait pas d’omelette sans casser d’oeufs: On n’obtient rien sans rien, il faut prendre quelques risques inévitables. L’expression, citée par Balzac, daterait du XIXème siècle et signifiait que l’on ne pouvait rien obtenir sans un minimum de sacrifices. Avant cette date, l’expression signifiait, casser des choses fragiles.

Des goûts et des couleurs, on ne discute pas : Nous sommes tous différents, et chacun a le droit à son opinion et ses goûts. Certains sujets, subjectifs, ne permettent pas à tous de trouver un terrain d’entente. L’origine remonterait au XVIIIème siècle, dont la forme a peu changé, sauf que l’on disait "ne se dispute pas", au lieu de "ne se discute pas". Cette forme contemporaine serait une traduction du latin, des scoliastes du moyen âge, "gustibus et coloribus non est disputandum". En effet, les goûts et la perception des couleurs, sont des sujets très personnels et variables.

Soupe au lait : Une personne qui s’emporte très rapidement. Issue du XIXème siècle, l'expression "monter comme une soupe au lait", désignait une personne qui change brusquement d’humeur, tout comme le lait au point d’ébullition monte très rapidement et descend aussitôt sorti du feu.

Etre une vache à lait : Une personne dont on tire profit abusivement. L’expression remonte au milieu du XVIème siècle et fait référence à la vache qui fournit du lait, sans que celle-ci ne se plaigne.

Lune de miel : Communément utilisé pour le voyage de noces, l’expression désigne également les premiers temps du mariage. Il y aurait deux versions sur l’origine de cette expression sucrée. La première serait d’origine païenne, où le père de la mariée offrait à son gendre une boisson à base de miel, pour le rendre fort et vigoureux tout le mois suivant le mariage, pour les vertus aphrodisiaques du miel :-) Le mot lune serait ajouté, car à l’époque le calendrier était basé sur un cycle lunaire et donc le mois de miel, devient alors la lune de miel. Une autre version, affirme que l’expression serait une traduction du mot anglais "honeymoon", qui remonterait au XVIème siècle.

Pour des prunes : Pour rien, pour très peu, inutilement. Cette expression a connu une grande évolution au fil des siècles, mais l’origine remonterait au XIème siècle. En effet, au temps des croisades, une légende raconte qu’alors que la seconde croisade fût un échec, les Croisés avaient ramené des pieds de pruniers de Damas, dont ils s’étaient régalés sur place, au grand dam du roi qui, très en colère, se serait écrié : "Ne me dites pas que vous êtes allés là-bas uniquement pour des prunes !", sous-entendant "pour rien".

Avoir la patate/la frite : Etre en pleine forme, physique et morale. Au début du XXème siècle dans l'argot, la pomme de terre était associée à la tête, de part sa forme. Celui qui est pleine forme, aurait une bonne tête, donc une bonne patate. L’expression avoir la frite, serait apparu vers les années 70, partie d’une plaisanterie. Une autre version, indiquerait que le mot patate, viendrait d’un terme technique de la boxe, signifiant avoir le coup de poing décisif, désignant donc un dynamisme et de la force.

Avoir/crever la dalle : Avoir très faim. Le mot dalle signifiait au XIVème siècle: rigole, gouttière, évier ou bassin, de l’ancien scandinave "daela". Au XVème siècle dans l'argot, le mot dalle désignait le gosier ou la gorge, cette "gouttière" par laquelle passent les aliments et les boisons.

Faire un pique-nique : Un repas pris dans la nature. La première utilisation du mot pique-nique date du XVIIème siècle et signifiait "faire un repas où chacun soit apporte quelque chose à manger, soit paye sa quote-part". Les piques-niques avaient lieu chez soi, dans une auberge ou un jardin. Le terme pique-nique viendrait du mot «pique », signifiant picorer et le mot « nique » une petite chose, sans grande valeur.

Ramener sa fraise : Intervenir souvent et sans raison, dans une conversation par exemple. L’expression date du XXème siècle, signifiant dans l’argot "rouspéter" ou "ronchonner". Puis son sens a évolué au fil des siècles. Le mot fraise désigne la tête et le mot ramener, viendrait de "ramoner" et de "ronchonner", plus familièrement "râler".


Le troisième et dernier volet de "Les expressions d'origine culinaires" paraîtra ces prochaines semaines !!

En vous souhaitant une magnifique fin de semaine gourmande


Sources: expressions-françaises.fr, expressio.fr
Crédit photo: Camille Dissais


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Messages les plus consultés